« La Tête haute » : un mélo fataliste au festival de Cannes

82

Contrairement aux deux précédentes années, qui s’ouvraient sur des productions clinquantes (Gatsby, Grace de Monaco), la 68e édition du Festival de Cannes démarre ce mercredi 13 mai avec un film sombre : « La Tête haute », d’Emmanuelle Bercot. On y suit le parcours chaotique de Malony, un adolescent que juge et éducateur tentent tant bien que mal de sauver. Une histoire intense mais trop mécanique, voire simpliste, selon les critiques du « Monde » Thomas Sotinel et Franck Nouchi.

Images : Olivier Clairouin / Le Monde.fr – mardi 12 mai 2015