Le buzz des Etats-Unis : la patronne de Yahoo! pose un lapin embarrassant à Cannes


Marissa Mayer, qui avait rendez-vous avec des directeurs marketing de grands groupes, est arrivée avec deux heures de retard… pour cause de sieste impromptue.
1016511_le-buzz-des-etats-unis-la-patronne-de-yahoo-pose-un-lapin-embarrassant-a-cannes-web-tete-0203589617407_660x460p

La patronne de Yahoo! a provoqué un réel impair lors de son passage à Cannes la semaine dernière. Marissa Mayer, qui participait au Festival international de la créativité, récompensant la meilleure campagne publicitaire , a posé un lapin à plusieurs grands noms du secteur… pour cause de sieste impromptue. L’Américaine était conviée mardi dernier à une soirée organisée à l’Oasis par l’agence de pub IPG. Elle devait y rencontrer de grands noms du marketing, travaillant pour les groupes Mondelez (agroalimentaire), MillerCoors (bière) et Chobani (yaourt grec) notamment. Une occasion en or d’exposer ce qu’elle avait à leur offrir en termes publicitaires.
Lire aussi l’interview de Marissa Mayer à Cannes :
« Une nouvelle énergie se dégage de Yahoo! »
Remove-toolbar
Mais rien ne s’est passé comme prévu : Marissa Mayer est arrivée avec deux heures de retard, et de nombreux convives, dont le directeur général d’IPG lui-même, avaient déjà quitté les lieux. Marissa Mayer a reconnu qu’elle s’était endormie, ce qui a heurté certains invités : «S’il s’était agi d’un rendez-vous avec des investisseurs, d’un conseil d’administration ou d’une potentielle acquisition, nul doute que quelqu’un de son équipe l’aurait réveillée», a fait valoir l’un d’entre eux. «Elle prouve une fois de plus qu’elle ne comprend pas l’importance des clients, des revenus publicitaires et des agences», a-t-il ajouté.
Lire aussi :
Géants Internet : les nouveaux nababs de la publicité
John Kerry au chevet du gouvernement irakien
Le chef de la diplomatie John Kerry s’est rendu à Bagdad hier dans l’espoir de convaincre le Premier ministre chiite de constituer rapidement un gouvernement d’union nationale et de faire des gestes envers toutes les communautés religieuses et ethniques irakiennes. «Le Premier ministre Nouri Al-Maliki a affirmé, clairement et à plusieurs reprises, qu’il respecterait la date du 1er juillet» pour former un nouveau gouvernement, a-t-il indiqué à l’issue de cette rencontre.
La semaine dernière, Barack Obama avait annoncé l’envoi de conseillers militaires américains en Irak pour aider les forces gouvernementales à faire face aux jihadistes. Le président américain n’a pas exclu, si nécessaire, des frappes aériennes pour stopper l’avancée des islamistes. La situation continue d’empirer : ces dernières heures, les insurgés se sont emparés de la cité de Tal Afar dans la province de Ninive (nord-ouest), et de son aéroport, ainsi qu’un deuxième poste-frontière avec la Syrie. Dans leur avancée, les combattants de l’EIIL ont tué sauvagement des centaines de soldats.

Nouveau revers pour les «écolos» américains
La Cour suprême des Etats-Unis estime que le gouvernement Obama va trop loin en matière de politique climatique. Au nom de la séparation des pouvoirs, elle a fait savoir hier que les pouvoirs publics ne pouvaient pas forcer les centrales, raffineries ou usines chimiques, parmi les plus polluantes, à mettre en place des contrôles de leurs émissions, lorsqu’elles souhaitent s’étendre ou se moderniser. «Une agence [gouvernementale] n’a pas le pouvoir de façonner la législation en fonction des objectifs de la politique bureaucratique», a-t-elle affirmé. Elle pourra en revanche établir des critères d’émissions pour les nouvelles usines et industries manufacturières.
Entreprises et élus républicains sont nombreux à crier victoire : «L’agence publique est maintenant avertie qu’elle n’a pas un pouvoir illimité pour imposer des coûts énormes à l’économie américaine», a estimé la Chambre de commerce des Etats-Unis. «La Cour suprême a infligé un revers cinglant et accablant au grand dessein de l’EPA de réguler l’ensemble de l’économie américaine s’agissant des gaz à effet de serre», a aussi estimé Richard Faulk, directeur au centre de droit des affaires à la George Mason University.

En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/monde/etats-unis/0203589497814-le-buzz-des-etats-unis-la-patronne-de-yahoo-pose-un-lapin-embarrassant-a-cannes-1016511.php?h8lh9f0cbkVCD2uD.99


Like it? Share with your friends!