Une vidéo polémique fait le buzz en montrant Oscar Pistorius courant sur ses moignons


Alors que toute possibilité de rebondissement semblait avoir été écartée après les résultats des tests psychologiques auxquels l’athlète sud-africain avait été soumis, le procès d’Oscar Pistorius est en train de connaitre un véritable bouleversement.
oscar-medals
Une vidéo, censée restée secrète et confidentielle a été diffusée dimanche sur la chaine australienne Channel 7, remettant ainsi en cause l’ensemble de la défense d’Oscar Pistorius. Cette vidéo, faite par une société américaine spécialisée dans les reconstitutions de scènes de crimes, montre Oscar Pistorius courant sur ses moignons, bras en avant et main serrée comme s’il tenait un pistolet. L’athlète interprète ainsi son propre rôle, dans la reconstitution de la nuit du meurtre de sa petite-amie.
Il s’agit d’images exclusives à plusieurs égards. Tout d’abord, c’est la première fois qu’il est possible de voir les jambes amputées d’Oscar Pistorius. Jamais auparavant son corps n’avait été visible, puisque les prothèses de l’athlète cachent son handicap. Ensuite, elles révèlent que le sud-africain peut se déplacer sans ses prothèses, un fait qui était jusque-là inconnu de la Cour. On découvre ainsi que, non seulement il en est capable, mais qu’en plus, il fait preuve d’une extrême agilité dans ses déplacements. Enfin, ces images viennent remettre en cause une grande partie de la défense assurée par Oscar Pistorius et ses avocats depuis le début de son procès. Leur témoin, le médecin du sport Wayne Derman, avait expliqué que l’athlète était vulnérable et fort peu mobile car doublement amputé des jambes.

Du côté de la défense, les réactions ne se sont pas faites attendre. Elle déplore la diffusion de cette vidéo, censée être confidentielle. En outre, elle estime qu’elle a été obtenue illégalement. Une hypothèse légèrement confortée par le fait que la Channel 7 n’a pas mentionnée ses sources. Certains spécialistes du droit estiment que le juge pourrait décider d’interrompre le procès, car la fuite de cette vidéo pourrait être assimilée à un cambriolage de bureau d’avocat, suivi d’une vente de documents à l’autre partie.


Like it? Share with your friends!