Microsoft affiche ses ambitions pour Windows 10

smartphone-windows-10

Le groupe informatique américain Microsoft affiche ses ambitions pour son futur système d’exploitation Windows 10, qu’il espère installer d’ici 2018 sur un milliard d’appareils actifs dans le monde en séduisant les développeurs d’applications.

Windows 10 doit être lancé cet été, et Microsoft espère avec lui faire oublier le raté de la précédente version Windows 8, qui était censée consacrer sa conversion au mobile mais ne suscite toujours deux ans et demi après son lancement qu’un accueil pour le moins mitigé.

« Notre objectif est que deux ou trois ans après sa sortie, un milliard d’appareils fonctionnent avec Windows 10″, a indiqué mercredi Terry Myerson, vice-président du géant des logiciels en charge des systèmes d’exploitation, lors de la conférence annuelle organisée par le groupe à destination des développeurs (Build).

Microsoft y a lancé une offensive de charme auprès des développeurs, en leur promettant notamment des outils permettant à ceux ayant créé des applications pour des écosystèmes concurrents, comme iOS (Apple) ou Android (Google), de réutiliser leurs programmes avec Windows 10.

La mesure promet de faire gagner du temps et de l’argent aux développeurs, mais pourrait aussi accélérer le développement de l’écosystème d’applications Windows.

Leur faible nombre actuel comparé à la grande quantité de programmes conçus pour iOS ou Android est considéré comme l’une des raisons du manque d’acceptation des smartphones et des tablettes fonctionnant sous Windows.

« Microsoft tente un pari majeur pour regagner les développeurs », a estimé Michael Facemire, un analyste du cabinet Forrester. « Ils ouvrent les murs d’un château autrefois impénétrable, permettant de développer (des applications) en utilisant un large éventail de langages (informatiques), de plateformes et d’outils. »

– Pour tous les écrans –

Microsoft tente aussi de convaincre en vantant les avantages de Windows 10, censé s’adapter à tous les types d’appareils informatiques, comparé à ses concurrents.

Windows 10 doit en effet offrir un socle commun sur lequel les développeurs pourront créer des applications pour des smartphones, des tablettes, des ordinateurs portables ou de bureau, et même la console de jeux vidéo Xbox.

« Windows est le seul écosystème qui vous laisse apporter vos applications à tous ces appareils », a fait fait valoir M. Myerson auprès des développeurs, rappelant qu’à l’inverse « avec Apple, vous choisissez d’investir dans Mac OS (le système d’exploitation pour les ordinateurs de la marque NDLR) ou iOS (pour l’iPhone et l’iPad); avec Google, vous investissez dans Android (pour le mobile) ou Chrome OS (pour les ordinateurs) ».

Microsoft espère avec Windows 10 enfin trouver la formule pour s’imposer à la fois sur les ordinateurs des entreprises et sur les tablettes et smartphones du grand public.

Pour accélérer son adoption, Microsoft l’offrira pendant un an comme une mise à jour gratuite pour les utilisateurs de certaines versions antérieures.

Il a aussi promis ces derniers mois l’intégration de son assistant vocal Cortana, qui constitue sa réponse au service Siri d’Apple, d’un nouveau navigateur internet dont il a dévoilé mercredi le nom de baptême, « Edge », ou encore de technologies biométriques comme la reconnaissance faciale permettant de se connecter sans mot de passe.

« Windows 10 représente une nouvelle génération de Windows, conçue pour une ère d’informatique plus personnelle (…) où c’est la mobilité de l’expérience qui importe, pas celle de l’appareil », a aussi commenté le directeur général de Microsoft, Satya Nadella.

Dans la vision de Microsoft, les applications conçues pour la plateforme Windows 10 doivent être flexibles et pouvoir s’adapter à différentes tailles d’écran sans qu’il y ait besoin d’ajouter des programmes supplémentaires.

Le groupe a même apporté mercredi à la conférence des centaines de prototypes de ses lunettes de réalité augmentée HoloLens, afin de montrer aux développeurs des applications fonctionnant avec Windows 10 et sans écran du tout, en surimposant des images sur le monde réel.

Première : Apple développe une application sur Android !

apple

Apple n’avait pas l’habitude de développer des applications sur des écosystèmes autres que le sien, à part peut être iTunes et Safari, mais cette fois-ci la firme de Cupertino a cédé face aux exigences du marché.

La firme va développer en interne sa première application qui tourne sous Android pour accompagner le lancement dans les prochains mois de son service de musique sur abonnement, basé sur Beats Music. Ce dernier devrait être vendu à 7,99 dollars par mois.

L’objectif est de ne pas perdre les actuels utilisateurs de l’application Beats Music pour Android. Pourtant, Android est l’ennemi numéro 1 de la firme, depuis les jours de Steve Jobs. Ce n’est pas le cas de son successeur Tim Cook, qui a déjà précisé sa position en 2013 : « pas de problèmes religieux à proposer des applications pour Android, si ça avait du sens pour la stratégie d’Apple. »

Meizu lance le clone parfait de l’Iphone 5C

M1 Note

Meizu, le constructeur électronique chinois s’est lancé le défi de produire un clone parfait de l’Iphone 5C, allant même jusqu’à choisir les mêmes couleurs de coques.

Sous le nom du M1 Note, ce clone présente un vrai avantage au niveau du prix, tout en gardant des performances bien élevées.

Un écran 5.5 pouces, un processeur 8 coeurs à 1.7 GHz, 2 Giga de ram et une caméra de 13 mégapixels alors que la cam frontale est à 5 mégapixels, le système d’xploitation est Androïd.

Commercialisé depuis le début de l’année en Chine pour moins de 200 dollars, il devrait se propager dans le monde d’ici peu.